La face cachée du Brésil : la police disperse une manifestation d’Indiens contre la Coupe du monde avec des gaz lacrymogènes 30 Mai 2014

"Des centaines d'Indiens manifestent contre la Coupe du monde."
"Des centaines d'Indiens manifestent contre la Coupe du monde."

© Agencia Brasil

Des centaines d’Indiens brésiliens manifestent cette semaine contre la Coupe du monde, défilant dans les rues de Brasilia et autour du stade de football Mané Garrincha de la capitale, appelant à la protection de leurs vies et de leurs terres.

Avant-hier la police a utilisé des gaz lacrymogènes contre des Indiens qui brandissaient des arcs et des flèches et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : ‘NON A LA FIFA. OUI A LA DEMARCATION!’. Regardez la vidéo ici.

La colère monte face à l’incapacité du gouvernement à reconnaître et protéger leurs terres, vitales pour leur survie, alors qu’il dépense des millions de dollars pour la Coupe du monde.

Les manifestants, qui appartiennent à plusieurs tribus, ont forcé la FIFA à fermer le stade et à annuler la présentation de la Coupe.

Une délégation de 18 manifestants indiens a rencontré le ministre de la Justice hier. Sonia Guajajara, coordinatrice nationale de l’Association des peuples indigènes (APIB) a déclaré : ‘Nous sommes là pour montrer que sans notre terre, nous sommes enchaînés. Nous sommes emprisonnés. Nous sommes là pour revendiquer nos droits’.

La tribu des Guarani, la plus nombreuse du Brésil, souffre de taux de malnutrition et de suicide extrêmement élevés depuis qu’ils ont été spoliés de leurs territoires pour faire place à de vastes plantations de canne à sucre. Leurs leaders sont souvent pris pour cible et assassinés par les hommes de mains armés des propriétaires terriens.

Ils réclament la démarcation de leur territoire de toute urgence avant que d’autres vies ne soient perdues ainsi que l’annulation d’une série de projets de loi qui, s’ils venaient à être adoptés, affaibliraient considérablement le contrôle de ces tribus, et de bien d’autres, sur leurs terres. Les tribus amazoniennes appellent à l’arrêt immédiat de la construction des nombreux barrages hydro-électriques qui sont prévus sur leurs territoires.

Au début de l’année, Nixiwaka Yawanawá, un Indien d’Amazonie brésilienne, a accueilli le trophée de la Coupe du monde, lorsqu’il a été présenté à Londres, avec un tee-shirt sur lequel était écrit : ‘BRESIL : NON A LA DESTRUCTION DES INDIENS’.

Le Brésil compte plus de tribus isolées que n’importe quel autre pays du monde. Elles sont extrêmement vulnérables et risquent de disparaître si leurs terres ne sont pas sécurisées. Survival appelle le Brésil à assurer la protection de leurs territoires et à expulser leurs envahisseurs, comme cela a récemment été le cas pour les Awá.

Dans le cadre de la Coupe du monde de la FIFA, Survival dévoile ‘La face cachée du Brésil’. Cliquez ici pour en en savoir plus sur la situation des Indiens du Brésil et les offensives du gouvernement sur leurs droits territoriaux.

 

Partager actualité

 

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter:

Suivez nos actualités en temps réel:

 

ou suivez-nous sur internet:

Archives actualités