Les Indiens enxet reprennent possession de leur territoire 17 Avril 2013

Heribert Roedel a été condamné pour fraude pour avoir acheté le territoire ancestral des Enxet du Paraguay - et les avoir ensuite expulsés.
Heribert Roedel a été condamné pour fraude pour avoir acheté le territoire ancestral des Enxet du Paraguay - et les avoir ensuite expulsés.
© page Facebook de H. Roedel

Un groupe d’Indiens enxet de l’ouest du Paraguay est retourné chez lui après avoir vécu pendant une vingtaine d’années au bord d’une route en attendant que leur territoire lui soit officiellement restitué.

La communauté enxet de Sawhoyamaxa a été expulsée de son territoire ancestral en 1995 par Heribert Roedel, un éleveur allemand, devenu depuis un puissant propriétaire terrien dans les forêts du Paraguay occidental.

Une grande partie de sa fortune provient d’une fraude commise contre des citoyens allemands qu’il persuada d’investir dans la terre au Paraguay, une zone aujourd’hui revendiquée par un autre groupe indien, les Ayoreo-Totobiegosode. Il empocha les fonds récoltés après avoir prétendu qu’il les avait consacrés à l’amélioration des sols. Roedel a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international d’Interpol.


Un film de Tierraviva sur le retour des Enxet dans leurs terres (en espagnol).

Après des années de négligence de la part du gouvernement paraguayen, au cours desquelles dix-neuf membres de la communauté seraient mortes de causes évitables, dont plusieurs enfants, les Enxet de la communauté de Sawhoyamaxa ont porté plainte devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme avec l’aide de l’organisation locale Tierraviva.

En 2006, la Cour a statué que le gouvernement devait restituer dans les 3 ans à venir plus de 12 000 hectares aux Indiens – une fraction de leur territoire d’origine.

Mais le gouvernement n’ayant pas respecté l’ordonnance de la Cour, la communauté a décidé de retourner dans sa terre ancestrale en dépit du risque d’être à nouveau expulsée.

Plusieurs familles enxet ont été forcées de vivre pendant des décennies au bord des routes dans des campements de fortune.
Plusieurs familles enxet ont été forcées de vivre pendant des décennies au bord des routes dans des campements de fortune.

© Survival

Un membre de la communauté a déclaré : ‘Au cours de ces 20 dernières années, nous avons vécu au bord d’une route devant des vaches qui occupent le territoire où nous avons vécu et où nos parents ont toujours vécu. Ces terres sont les nôtres et nous ne voulons pas vivre plus longtemps le long de cette route en assistant impuissants à la naissance de nos enfants et à la mort de nos parents et grands-parents’.

‘Notre culture, notre langue et nos traditions sont étroitement liées à cette terre. Sans elle, nous courons le risque de disparaître en tant que peuple.’

Survival a par le passé soutenu Sawhoyamaxa et d’autres communautés enxet qui revendiquaient la propriété de leurs terres. Nombreux sont ceux qui continuent de lutter pour leur survie, oubliés par l’État paraguayen.

 

Partager actualité

 

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter:

Suivez nos actualités en temps réel:

 

ou suivez-nous sur internet:

Archives actualités