Les Udege

Comment vivent-ils ?

Les Udege vivent au bord des rivières qui coulent à travers la forêt et leurs différents sous-groupes – les Bikini, les Samargin, les Iman, les Khor et les Aniuke – tirent leur nom de ces rivières.

Ils obtiennent de la forêt tout ce dont ils ont besoin, se nourrissant de chasse, de pêche et de cueillette, faisant aussi parfois pousser des légumes.

Par le commerce des fourrures, du saumon et du ginseng, ils acquièrent d’autres marchandises. Les Udege préfèrent généralement consommer la viande et le poisson crus.

Leur forêt très dense abrite aussi beaucoup d’espèces animales et végétales en voie d’extinction comme le tigre de Sibérie.

Pour les Udege, le tigre et l’ours sont des animaux sacrés et leur nombre est parfois perçu comme un signe de bonne santé de la forêt.

A quels problèmes sont-ils confrontés ?

Comme celui de nombreux peuples indigènes, le mode de vie des Udege fut détruit avec perversité par le régime soviétique.

Les petits groupes familiaux arrachés à la forêt furent forcés de s’établir dans des villes, de parler russe et leur religion fut interdite.

Les fâcheuses conséquences sur leur vie sociale s’en font encore sentir. Aujourd’hui les richesses en bois et en minerais de leur forêt attirent les intérêts économiques extérieurs.

Au début des années 1990, la ‘division-bois’ de la compagnie sud-coréenne Hyundai avait projeté de défricher de vastes espaces de la forêt, ce qui aurait dévasté les terres et l’environnement des Udege et détruit leurs moyens d’existence.

Une compagnie russe, Terneiles, a formé les mêmes projets récemment. La plupart des Udege veulent que leur territoire soit déclaré ‘Territoire à usage de ressources naturelles traditionnelles’, ce qui le protégerait contre de telles menaces.

La campagne de Survival

En 1992, la campagne de Survival a remporté un succès en persuadant Hyundai d’abandonner son projet d’exploiter le bois de la forêt des Udege.

Son soutien aux indigènes, face aux menaces récentes, a joué un rôle dans la décision de Terneiles de suspendre son projet au moins jusqu’en 2003.

Mais Survival réclame une protection permanente de la terre des Udege, appuyant la revendication indigène pour la déclaration de ‘Territoire à usage de ressources naturelles traditionnelles’ et pour la reconnaissance de leurs droits territoriaux, conformément au droit international.

Je veux agir

  • Cliquez ici pour faire un don à Survival
  • Cliquez ici pour adhérer à Survival
  • Cliquez ici pour écrire à l’ambassade de Russie
  • Cliquez ici pour écrire à votre député sur la situation des Udege