Informations complémentaires

Réfugiés de la conservation

Dans le monde entier, des millions de personnes – dont la plupart sont indigènes – ont été expulsées de chez elles au nom de la conservation. En Inde seulement, des centaines de milliers de personnes ont été mises à l’écart de parcs naturels et plus de trois millions y vivent encore mais sous la menace constante d’en être expulsées.

Nombre de ces expulsions ont été brutales, rarement avec préavis. Les membres des communautés qui chassaient, collectaient, élevaient leurs troupeaux et cultivaient sur leur territoire sont devenus des squatters sur des terres inconnues, considérés comme des braconniers ou des criminels s’ils s’aventurent à l’intérieur de leurs anciens territoires transformés en parcs naturels.

Lors d’une conférence internationale en 2004, le Forum des peuples indigènes avait résumé ainsi cette situation : ‘Tout d’abord nous avons été dépossédés au nom des empires coloniaux, puis au nom du développement et maintenant au nom de la conservation’.

L’impact des expulsions

Les communautés sont tout aussi affectées par la dépossession de leurs territoires pour des raisons de conservation que par des projets de développement tels que des mines ou des barrages. Leur santé, leurs modes de vie et leurs cultures en souffrent inévitablement.

Alors qu’ils étaient auto-suffisants et indépendants, les réfugiés de la conservation deviennent dépendants des aides alimentaires, privés de leur territoire et des moyens de subsistance qui les faisaient vivre.

De nombreux Pygmées d'Afrique centrale ont souffert de l'expulsion de leur forêt.
De nombreux Pygmées d'Afrique centrale ont souffert de l'expulsion de leur forêt.
© Salomé/Survival

La communauté est alors plongée dans une extrême pauvreté et tout ce qui en découle : santé précaire, malnutrition, maladies mentales et détresse. Les réfugiés de la conservation se trouvent souvent être les premières victimes de racisme et de discrimination de la part des autorités et/ou des sociétés non-indigènes qu’ils sont forcés d’intégrer.

Une veuve twa de la région du parc national de Kahuzi-Biega en République démocratique du Congo (RDC) décrit ainsi son éviction :

‘Nous ne savions pas qu’il arrivaient. Puis soudain l’un d’entre eux a forcé la porte de notre maison et a commencé à crier que nous devions partir immédiatement car le parc n’était plus à nous. Je ne comprenais pas ce qu’il disait, car tous mes ancêtres ont vécu sur ces terres.’

Des Maasai lors de la ‘manyatta’ culturelle de la Réserve maasai de Mara, Kenya.
Des Maasai lors de la ‘manyatta’ culturelle de la Réserve maasai de Mara, Kenya.
© Gianalberto Zanoletti/Survival

Il n’est pas surprenant que les communautés indigènes qui ont été évincées de leurs terres passent de l’état de ‘conservationnisme naturel’ à celui d’’ennemi de la conservation’ – comme l’a déploré le chef maasai Martin Saning’o devant un groupe d’écologistes embarrassés.

Priver les communautés de leurs territoires au nom de la conservation mène à la pauvreté, au ressentiment et à la colère – au risque de compromettre l’idée même de la conservation.

Le peuple de la forêt

Les Wanniyala-Aetto, ou ‘peuple de la forêt’ du Sri Lanka ont été expulsés de leur territoire de Maduru Oya devenu parc national. En 1983, le gouvernement a décrété que leur mode de vie traditionnel était illégal.

Les Wanniyala-Aetto ont déjà été dépossédés d’une grande partie de leur territoire en faveur des barrages, des colons et de l’exploitation forestière. Maduru Oya était leur dernier refuge.

Tapal Bandialetto, un Wanniyala-Aetto, a déclaré : ‘Si la prochaine génération se trouve encore ici, elle apprendra à boire, à fumer et à spéculer. Toutes de mauvaise choses’.

‘Ils doivent retourner dans la forêt tant qu’ils sont encore jeunes et revenir à leur mode vie traditionnel. Nous avions nos propres systèmes de santé et d’éducation. Tout est en train de se perdre’.

L’échappée belle

Les Mursi de la vallée de l’Omo en Ethiopie ont échappé de peu à un destin similaire.

Mursi, sud-ouest de l'Ethiopie.
Mursi, sud-ouest de l'Ethiopie.
© Edward Mendell/Survival

En 2006, une organisation néerlandaise, Africa Parks Foundation (APF) avait signé un accord avec le gouvernement qui donnait de facto à APF les pouvoirs du maintien de l’ordre, lui permettant de criminaliser les Mursi sur leur propre terre.

Quand on nous prend notre terre, on nous prend aussi la vie.

Un scandale international s’en est suivi et Survival a écrit à l’APF pour l’avertir qu’elle se rendait complice de la violation des droits des Mursi et de leurs voisins. Peu de temps après, l’APF s’est retirée du parc.

Pas déplacés, mais neutralisés

Pour de nombreux peuples indigènes, l’impact d’un nouveau parc n’est pas tant la perte de leurs maisons, mais c’est surtout celle de la terre qui leur est vitale – désormais dans l’impossibilité de se rendre dans leurs sites sacrés et funéraires, d’avoir accès aux plantes sacrées ou médicinales, de trouver les ressources suffisantes pour leur besoins quotidiens.

Mursi, sud-ouest de l'Ethiopie.
Mursi, sud-ouest de l'Ethiopie.
© Edward Mendell/Survival

Les ressources dont les peuples dépendaient deviennent soudain inaccessibles. S’ils chassent dans le parc, ils deviennent des ‘braconniers’. S’il collectent des fruits qu’ils ont toujours collectés, ils peuvent être sanctionnés voire emprisonnés.

Certains projets de conservation sont compensés par des ‘projets de modes de vie alternatifs’, mais trop souvent ils ne correspondent pas aux propres besoins et aux valeurs du groupe indigène, atteignent trop peu de familles et sont ‘insuffisants et arrivent trop tard’.

La fin des expulsions?

Expulser ou exclure les peuples indigènes de leurs terres ancestrales est moralement et légalement abusif et profondément dévastateur. Survival a signé le Code Bennett et appelle toutes les organisations de conservation à adopter ce code de conduite qui leur interdit d’agir dans des zones où les peuples indigènes ont été évincés.

Ce code fournit également aux communautés indigènes les moyens de demander justice si elles considèrent qu’elles ont été maltraitées par une organisation de conservation.

Télécharger le Code Bennett – en anglais – PDF 150ko

Suivez nos actualités

Flux RSS Survival

Par mail