Manifestation de masse contre la compagnie britannique Vedanta

En Inde, des centaines de membres de la tribu isolée des Dongria Kondh ont manifesté mercredi contre la compagnie britannique FTSE-100 Vedanta qui projette d’exploiter une mine dans leur montage sacrée. Vedanta est la propriété du milliardaire indien basé à Londres Anil Agarwal.

Les Dongria Kondh ont défilé dans la ville de Bhubaneswar, la capitale de l'Etat de l'Orissa, et ont organisé un sit-in dans la rue Mahatma Gandhi qui mène à l'Assemblée régionale.

Jitu Jakasika, un jeune Dongria Kondh, a déclaré au quotidien indien The Telegraph : "Si le projet minier est autorisé, il détruira l'écosystème de la montagne Niyamgiri et asséchera deux fleuves importants et 36 rivières. De plus, il détruira le mode de vie de 10 000 autochtones et le caractère sacré de notre montagne adorée".

Survival a lancé une campagne visant la compagnie Vedanta et fait pression sur ses actionnaires, notamment les compagnies britanniques Standard Life, Barclays Bank, Abbey National, HSBC, Middlebrough et Wolverhampton Councils, afin qu’ils se retirent si Vedanta n’abandonne pas son projet.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd'hui : "Si Vedanta maintient son projet, les Dongira Kondh disparaîtront. Ils ne pourront survivre en tant que peuple sans leur territoire. Le gouvernement norvégien a d'ores et déjà revendu ses parts dans la société. D'autres actionnaires devraient faire de même, sans quoi ils s'exposeraient à des boycott en réaction à leur politique vis-à-vis des droits de l'homme".

Sterlite, la filiale de Vedanta attend actuellement l’autorisation de la Cour Suprême indienne pour exploiter une mine de bauxite dans la montagne Niyamgiri dans l’Orissa, en Inde orientale. La décision de la Cour est imminente.