La Cour Suprême donne le feu vert à la mine - Les Dongria Kondh entrent en résistance

La Cour Suprême indienne a porté aujourd’hui un coup foudroyant à la tribu des Dongria Kondh en autorisant la compagnie britannique Vedanta à exploiter une mine sur leur montagne sacrée. Les Dongria Kondh affirment que la mine détruira à jamais leur mode de vie.

Sterlite, la filiale de Vedanta, s’apprête à construire une mine de bauxite (matière première de l’aluminium) sur la montagne Niyamgiri, dans l’Etat de l’Orissa, en Inde orientale. Vedanta appartient majoritairement au milliardaire indien Anil Agarwal, basé à Londres.

Les Dongria Kondh disent que la gigantesque mine à ciel ouvert détruira une immense étendue de forêt primaire et réduira leur site le plus sacré en un terrain vague industriel. Le mois dernier, trente d’entre eux ont bloqué une route en construction à travers leur forêt vers le site de la mine. Les Dongria Kondh affirment qu’ils organiseront des protestations massives si l’exploitation minière a lieu.

Les Dongria Kondh ne peuvent pas faire appel de cette décision de la Cour Suprême, mais ils projettent de déposer une nouvelle plainte contre la mine et plus particulièrement sur la violation de leurs droits culturels et religieux qu’elle provoquera.

Jitu Jakesika, porte-parole dongria a dit : ‘Si la compagnie détruit notre montagne et notre forêt pour son seul profit, nous serons transformés en mendiants’. Nous donnerons nos vies pour notre montagne’.

Stephen Corry, directeur de Survival, a déclaré aujourd’hui : « Cette décision est un coup foudroyant porté non seulement aux Dongria Kondh, mais aussi à tous les peuples indigènes de l’Inde. Le droit international et la Constitution indienne sont piétinés pour le seul profit d’actionnaires lointains. Mais les Dongria Kondh ne renonceront pas à leur terre et Survival continuera à soutenir leur mouvement de résistance ».


Pour plus d'informations :

contacter Miriam Ross au (44) (0)20 7687 8734 ou (44) (0)7504 543 367 ou [email protected]