Des Indiens nomades d’Amazonie en appellent à la justice

Des Awá voyagent sur une route ouverte par les bûcherons.
Des Awá voyagent sur une route ouverte par les bûcherons.
© Uirá Garcia

Un groupe de dix Indiens awá a fait le long voyage depuis leur territoire reculé d’Amazonie jusqu’à la capitale brésilienne pour exhorter les autorités à protéger leurs terres.

Leur forêt est détruite à un rythme effréné par les éleveurs, les bûcherons et les colons qui ont établi deux hameaux et ouvert un réseau routier au sein même de leur territoire.

Les Awá sont l’un des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs du Brésil. Dépendant entièrement de la forêt pour leur survie, ils se désespèrent d’entendre chaque jour les tronçonneuses abattre leurs derniers arbres et de voir leur forêt en feu.

Les plus exposés parmi les Awá sont les petits groupes isolés extrêmement vulnérables. Au cours des quatre dernières décennies, nombre d’entre eux ont été tués par les hommes de main armés des éleveurs. L’afflux d’envahisseurs ne fait qu’accroître le risque de conflits violents.

Lors d’une réunion avec des procureurs fédéraux, Itxai Awá a déclaré : ‘Nous avons essayé de résoudre le problème dans l’Etat du Maranhão, mais sans aucun résultat. C’est pourquoi nous sommes venus à Brasilia pour demander de l’aide’.

Un autre Awá a déploré : ‘Notre terre sera bientôt détruite. Où allons-nous trouver du miel? Où allons-nous élever nos enfants? J’ai peur des éleveurs et nous tous, les Awá sommes très inquiets. Qu’allons-nous faire ?’

Le procureur a confié aux Awá : ‘Le Brésil a tourné le dos aux Indiens et cela est inacceptable’.

Les envahisseurs ont déposé onze recours contre la décision d’un juge qui imposait l’ordre à tous les étrangers de quitter le territoire awá et à la FUNAI, le département des affaires indiennes du gouvernement, d’achever sa démarcation.

La réunion s’est terminée par la promesse que les autorités allaient prendre des mesures, mais les Awá savent trop bien que le temps est compté.