Le Pérou adopte une loi 'historique' sur les droits indigènes

Fillette ashaninka, sud-est du Pérou
Fillette ashaninka, sud-est du Pérou

© David Hill/Survival

DERNIÈRE MINUTE
7 Septembre 2011

Aujourd’hui, les Indiens du Pérou célèbrent la décision du Président Ollanta Humala qui a approuvé la loi de consultation préalable. Il s’agit d’une étape importante vers la reconnaissance des droits des peuples indigènes dans le pays.
+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Mardi dernier, le parlement péruvien a adopté à l’unanimité une nouvelle loi ‘historique’ garantissant aux peuples indigènes le droit au consentement préalable, libre et informé dans les projets les concernant.

Le président Ollanta Humala s’est engagé à soutenir la loi et a maintenant 15 jours pour la promulguer. C’est une étape importante, loin de la politique de l’ancien président péruvien, Alan García, qui avait opposé son veto à un projet de loi similaire, en mai 2010.

La ‘loi de consultation préalable’ est conforme aux obligations de la Convention 169, le seul instrument juridique international destiné à protéger les droits des peuples indigènes.

Le Pérou a ratifié la Convention 169 en 1993 mais ne l’a jamais respectée, provoquant ainsi de très graves troubles parmi les Indiens.

L’organisation indigène péruvienne AIDESEP a salué la décision du gouvernement tout en faisant remarquer qu’il ne s’agit que de la première étape du processus garantissant le respect des droits des peuples autochtones.

‘Nous ne devons pas tomber dans un triomphalisme inapproprié. Il appartient maintenant au gouvernement de constituer une organisation indigène nationale … qui assurera le strict respect de cette nouvelle loi.’

Sous la présidence d’Alan Garcia et son agressive politique de développement, les Indiens du Pérou ont subi des pressions sans précédent sur leurs terres.

Plus de 70% de l’Amazonie péruvienne est désormais divisée en concessions pétrolières et gazières, souvent accordées sans le consentement des Indiens habitant la région.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Il y a ici deux facteurs en jeu. Tout d’abord, Humala doit soutenir la décision du parlement et promulguer la loi de consultation préalable. Ensuite, le gouvernement péruvien doit s’engager à la faire respecter.’