Maasai

Comment vivent-ils ?

Pour les Maasai le bétail est ce qui rend la vie belle, la viande et le lait sont les meilleurs aliments. Leur idéal était de ne vivre que du bétail – d’autres nourritures pouvant être obtenues par échange – mais à présent ils doivent aussi pratiquer l’agriculture.

Ils déplaçaient leurs troupeaux d’un endroit à l’autre afin que l’herbe put repousser; c’était possible autrefois grâce à un système collectif de tenure foncière par lequel chacun avait accès à l’eau et aux pâturages dans une région donnée.

A présent, les Maasai ont été de plus en plus forcés de se sédentariser dans des villages et beaucoup d’entre eux sont contraints de chercher un travail salarié.

Leur société est organisée en classes d’âge masculines dont les membres passent d’un degré à l’autre par initiation pour devenir guerriers puis anciens. A la tête de chaque section il y a un chef spirituel, le Laibon.

Les Maasai rendent un culte à un dieu, bénéfique ou maléfique c’est selon, qui réside en toutes choses. Aujourd’hui beaucoup sont christianisés.

A quels problèmes sont-ils confrontés ?

Depuis la période coloniale, la plupart des terres maasai ont été accaparées au profit de fermiers et de domaines privés, de projets gouvernementaux ou de parcs consacrés à la vie sauvage. Il ne leur a été laissé que les terres les plus arides et les moins fertiles.

Le dommage que cela a causé à leurs troupeaux a souvent été aggravé par des tentatives du gouvernement de ‘développer’ les Maasai au prétexte qu’ils auraient, soi-disant, trop de bétail pour la capacité de leurs terres. En réalité, ce sont des éleveurs très efficaces qui ont rarement plus d’animaux que ne l’exigent leurs besoins ou que la terre ne peut en supporter.

Ces efforts de ‘développement’ visent à changer leur système d’accès collectif à la terre à l’avantage des étrangers ou des Maasai entreprenants qui ont ainsi pu acquérir de la terre pour eux-mêmes ou pour la revendre. En revanche, le sol a été surexploité et la majorité des Maasai, à qui trop peu de terres ou les plus mauvaises ont été laissées, se sont considérablement appauvris.

La campagne de Survival

Depuis 1993, Survival a assisté des groupes maasai dans leur lutte pour la terre.

Au Kenya, l’organisation a trouvé un financement pour un programme visant à leur faire prendre conscience de ce que signifie la vente de terres et a participé à une campagne des Iloodoariak et des Mosiro dont les terres ont été saisies par une entorse frauduleuse à la loi.

En Tanzanie, Survival a soutenu l’exigence des Maasai d’être pleinement impliqués dans l’administration du Conservatoire régional de Ngorongoro et participé à la campagne de défense de la montagne sacrée Endoinyo Ormoruwak (‘Mont des anciens’)

Je veux agir

  • Cliquez ici pour faire un don à Survival
  • Cliquez ici pour adhérer à Survival
  • Cliquez ici pour écrire à votre député sur la situation des Maasaï
  • Cliquez ici pour écrire à l’ambassade du Kenya