Les Zo'é

Sortir lentement de l'isolement

Facilement reconnaissables grâce à leur long labret, les Zo’é sont entrés en contact avec le monde extérieur en 1982 avec l’arrivée des missionnaires évangéliques. Décimés peu après par les épidémies, leur population est de nouveau croissante.

Agissez ↓ Donnez →

Un mode de vie paisible

Les Zo’é sont un petit groupe d’Indiens relativement isolés qui vit dans les profondeurs de la forêt amazonienne du nord du Brésil. Ce n’est qu’à partir de 1987, lorsque des missionnaires évangélistes des Nouvelles Tribus ont établi un avant-poste sur leur territoire qu’ils ont été en contact permanent avec le monde extérieur. Leur territoire a été officiellement reconnu par le gouvernement qui contrôle son accès afin de réduire les risques de transmission de maladies potentiellement mortelles telles que la grippe ou la rougeole.

Les Zo’é vivent dans de grandes maisons rectangulaires au toit recouvert de palmes et ouvertes de tous les côtés. Plusieurs familles y cohabitent et chacune possède son propre foyer pour la cuisine et son propre emplacement pour y tendre les hamacs.

Les femmes zo'é portent leurs bébés dans des pièces d'étoffe tissées en fibres de palmier ou en coton.
Les femmes zo'é portent leurs bébés dans des pièces d'étoffe tissées en fibres de palmier ou en coton.
© Fiona Watson/Survival

Les Zo’é apprécient particulièrement les noix du Brésil et installent souvent leurs communautés dans des zones riches en noyers du Brésil. Ces noix sont non seulement une excellente source de protéines, mais leurs coquilles sont utilisées pour fabriquer colliers et bracelets et leur fibre sert à confectionner les hamacs.

Une famille se repose dans un hamac en fibres de noyer du Brésil.
Une famille se repose dans un hamac en fibres de noyer du Brésil.
© Fiona Watson/Survival

Les communautés zo’é sont entourées de grands jardins où sont cultivés le manioc et autres tubercules, des piments, des bananes et beaucoup d’autres variétés de fruits et de légumes ainsi que du coton avec lequel ils confectionnent des ornements corporels, des hamacs, des porte-bébés et les liens pour fixer les pointes de leurs flèches.

Les Zo’é sont polygames, les femmes comme les hommes peuvent avoir plus d’un partenaire. Il est très courant que les époux d’une femme se marient avec les filles qu’elles ont eues avec d’autres hommes.

Dans la société Zo’é, tout le monde est égal. Il n’y a pas de chef, même si l’opinion de certains sages, connus comme les ‘yü’, a davantage de portée sur les questions de mariage, de répartition des jardins ou d’établissement de nouveaux lieux de vie.

Les hommes sont des chasseurs très adroits. La chasse se pratique souvent individuellement mais, à certains moments de l’année – notamment à l’époque du macaque ou du vautour royal – des chasses collectives sont organisées. Lorsque des troupeaux de pécaris se regroupent, les Zo’é les chassent collectivement, tandis que les femmes recueillent les bébés abandonnés qui sont rapportés à la maison et élevés comme des animaux domestiques qu’ils appellent ‘raimbé’. Les Zo’é pêchent également avec des harpons ou avec du ‘timbó’ – un poison confectionné à partir de plusieurs plantes grimpantes.

Ornements corporels et rituels

Dès l’enfance, tous les Zo’é portent le ’m’berpót’, un long bâtonnet de bois, dans la lèvre inférieure.

On perce la lèvre inférieure des enfants zo’é dès l’âge de 7 ou 9 ans. En grandissant, ils porteront des bâtonnets de plus en plus gros.
On perce la lèvre inférieure des enfants zo’é dès l’âge de 7 ou 9 ans. En grandissant, ils porteront des bâtonnets de plus en plus gros.
© Fiona Watson/Survival

Les Zo’é racontent qu’un ancêtre du nom de Sihié’abyr leur a appris l’usage du bâtonnet. L’une des cérémonies les plus importantes, qui est aussi un rite de passage à l’âge adulte, consiste à percer la lèvre inférieure. Pour cela, on utilise un os pointu de la patte du singe-araignée et un bâtonnet de petite taille est inseré, dès l’âge de sept ans pour les garçons et neuf ans pour les filles. En grandissant, ils porteront des bâtonnets de plus en plus gros.

Les femmes portent des coiffes très élaborées faites des plumes blanches qui recouvrent le ventre des vautours royaux et peignent leur corps avec de l’urucum, une pâte rouge vif confectionnée à partir de graines de roucou écrasées.

Comme de nombreux Indiens d'Amérique du sud, les Zo'é utilisent le roucou pour se peindre le visage et le corps.
Comme de nombreux Indiens d'Amérique du sud, les Zo'é utilisent le roucou pour se peindre le visage et le corps.
© Fiona Watson/Survival

Les rituels accompagnent de nombreux événements de la vie des Zo’é, comme la naissance, la mort, la première menstruation et le premier tapir chassé par les garçons adolescents. ’Seh’py’ est probablement la plus grande cérémonie collective qui a lieu pour célébrer tout événement important. Elle tire son nom d’une boisson non fermentée servie pendant le rituel et qui est élaborée avec les tubercules de saison. Les hommes portent de longues jupes de fibres végétales appelées ’sy’pi’. Ensemble, les hommes et les femmes exécutent des danses accompagnées de chants tout au long de la nuit. A l’aube, les hommes terminent la boisson et la régurgitent de concert.

Un avenir incertain

Un groupe de Zo'é se repose sur les rives d'une de leurs rivières favorites (Brésil).
Un groupe de Zo'é se repose sur les rives d'une de leurs rivières favorites (Brésil).
© Fiona Watson/Survival

Comme beaucoup de peuples qui sont récemment entrés en contact avec le monde extérieur, la vie des Zo’é change. Certains accusent la FUNAI (le département des affaires indiennes) de vouloir les conserver dans un zoo humain en restreignant l’accès à leur territoire et en les décourageant d’en sortir. Mais cette politique a indéniablement sauvé des vies. Ainsi, la population zo’é s’est stabilisée et s’accroît actuellement.

Cependant, les Zo’é sont curieux de connaître leurs voisins et le monde au-delà de leurs frontières. En février 2011, pour la première fois, une délégation zo’é a entrepris un voyage jusqu’à Brasilia afin de porter leurs revendications auprès des autorités. Celles-ci incluaient un projet éducatif, la formation de personnels de santé zo’é, et un programme de protection du territoire dans lequel les Indiens eux-mêmes seraient activement impliqués.

Vivre dans une bulle ?

Les Zo’é sont l’un des peuples les plus isolés parmi les peuples contactés au Brésil. Mais les autorités les maintiennent-elles dans une bulle, loin du reste de la société?

Avant, quand il n’y avait pas d’homme blanc, les Zo’é ne connaissaient pas la maladie. Auparavant, il y avait tant d’enfants, de femmes… Aujourd’hui, il n’en reste plus beaucoup.
Jirusihú, un Zo’é.
“Jirusihú, Zo’é man”

Le défi que les Zo’é doivent dorénavant relever est celui de l’apprentissage de leurs droits et de la compréhension de la société brésilienne afin qu’ils puissent interagir avec elle sur un pied d’égalité sans contracter leurs maladies, comme la grippe, auxquelles ils sont toujours très vulnérables.

Une pression croissante s’exerce sur leur territoire et ses riches ressources naturelles : les collecteurs de noix, les orpailleurs, les missionnaires et les chasseurs l’envahissent périodiquement et la frontière du soja se rapproche toujours plus.

Les premiers contacts

Les Zo’é ont paisiblement vécu depuis des temps immémoriaux dans les forêts entre les rivières Erepecuru et Cuminapanema.

Dans les années 1940 et 1950, les chasseurs de jaguars et autres félins ont été les premiers à troubler la tranquillité de la forêt. Ils ont peu après été suivis par les orpailleurs et les collecteurs de noix du Brésil.

Les Zo’é vivent dans les profondeurs de la forêt amazonienne. Ils construisent des maisons à proximité de leurs jardins où ils cultivent de nombreux fruits et légumes comme le manioc ou la banane.
Les Zo’é vivent dans les profondeurs de la forêt amazonienne. Ils construisent des maisons à proximité de leurs jardins où ils cultivent de nombreux fruits et légumes comme le manioc ou la banane.
© Fiona Watson/Survival

Les Zo’é n’avaient que des contacts occasionnels avec le monde extérieur jusqu’en 1975 où un avion de recherches minéralogiques survola l’une de leurs communautés. Les ingénieurs revinrent plus tard pour larguer du matériel – ils rapportèrent plus tard que les Zo’é avaient piétiné et enseveli leur matériel.

Les missionnaires brésiliens apprirent peu à peu l’existence des Zo’é et en 1987, la mission Nouvelles Tribus installa un avant-poste et une piste d’atterrissage à la frontière de leur territoire.

Selon les missionnaires, le premier contact effectif avec les Zo’é fut établi le 5 novembre 1987. Durant les jours précédents, les Zo’é avaient secrètement observé les missionnaires dans leur avant-poste. Des années plus tard, un chasseur zo’é raconta combien ils s’étaient amusés de leurs maladresses à chasser ou à se déplacer dans la forêt.

Après les épidémies des années 1980, la population zo'é est maintenant stabilisée
Après les épidémies des années 1980, la population zo'é est maintenant stabilisée
© Fiona Watson/Survival

Finalement les Zo’é se décidèrent à venir au poste missionnaire et échangèrent des pointes de flèches cassées contre des biens. Petit à petit, d’autres Zo’é arrivèrent et installèrent leurs maisons près de la mission, attirés par la possibilité d’obtenir des outils précieux comme des machettes, des couteaux, des casseroles et du matériel de pêche.

Ce fut bientôt une tragédie : les Zo’é commencèrent à contracter des maladies contre lesquelles ils n’avaient pas d’immunité. Du fait de leur regroupement en un seul lieu, la grippe, le typhus et la malaria se répandirent rapidement. Comme la situation empirait, les missionnaires, qui ne disposaient pas du matériel médical nécessaire pour soigner les Indiens, contactèrent le département des affaires indiennes (FUNAI) qui envoya des équipes médicales. Les épidémies dévastèrent la tribu : presque un quart de la population zo’é (142 personnes) périt entre 1987 et 1988.

En réaction à la catastrophe, la FUNAI expulsa les missionnaires en 1991 et commença à persuader les Zo’é de retourner à leurs anciens villages.

La FUNAI a maintenant construit un poste modèle, avec un petit hôpital pour les Zo’é, afin d’éviter les transferts vers les centres de soins de la ville. Tout étranger se rendant chez les Zo’é doit passer une série d’examens médicaux avant de pouvoir entrer dans le territoire. Il en résulte que la population zo’é s’est stabilisée et augmente peu à peu. Aujourd’hui, on compte environ 250 Zo’é.

Des menaces croissantes

Les Zo’é sont encore un groupe très vulnérable. Leur population est réduite et ils sont extrêmement fragiles face à de nombreuses maladies bénignes contre lesquelles ils n’ont pas eu le temps de consolider leur immunité.

Jusqu’à aujourd’hui, leur territoire a été relativement épargné par les intrusions et en 2009, il a été officiellement reconnu par le gouvernement pour leur occupation et usage exclusifs.

Cependant, la pression sur le territoire zo’é augmente, que ce soit de la part des chasseurs, des orpailleurs ou des centaines de collecteurs de noix attirés par les riches ressources qu’il recèle. D’autres missionnaires évangélistes essayent également de s’installer. Toute intrusion étrangère mettrait grandement en danger la santé d’un groupe aussi isolé.

La frontière du soja, au sud du territoire zo’é, avance lentement vers le nord et l’on peut craindre qu’il soit difficile de maintenir les exploitants à distance de ce grand territoire si une politique ferme de protection territoriale n’est pas mise en place.

Dans de nombreux endroits de l'Amazonie, les plantations de soja sont à l'origine d'une grave déforestation.
Dans de nombreux endroits de l'Amazonie, les plantations de soja sont à l'origine d'une grave déforestation.

© Rodrigo Baleia/Survival

Les Zo’é sont curieux de voir et de comprendre le monde au-delà de leurs frontières. En février 2011, pour la première fois, une délégation zo’é s’est rendue à Brasilia pour rencontrer différents organismes gouvernementaux.

Ils ont fait part de leur préoccupation face à la pression qui s’exerce sur leur forêt et ont fait savoir qu’ils désiraient participer activement à sa protection. Ils ont également demandé la mise en place d’un programme éducatif adapté à leurs besoins et d’un programme de formation de personnel de santé zo’é.

Le défi à relever est maintenant de permettre aux Zo’é de comprendre le monde qui les entoure et d’interagir équitablement avec lui, sans compromettre leur santé ou leur territoire.

Agissez maintenant pour aider Les Zo'é