Des ‘trafiquants de drogue' attaquent un poste de protection des Indiens isolés

José Carlos Meirelles et la police brésilienne au poste de la rivière Envira envahi par les trafiquants de drogue.
José Carlos Meirelles et la police brésilienne au poste de la rivière Envira envahi par les trafiquants de drogue.
© Maria Emília Coelho

Le poste de contrôle brésilien destiné à protéger les Indiens isolés – ceux qui ont été filmés d’avion en début d’année – a été attaqué par des individus lourdement armés, soupçonnés d’être des trafiquants de drogue. Le poste a été pillé et les équipements détruits.

Les craintes concernant le sort des Indiens ne cessent d’augmenter depuis que des employés de la FUNAI (le département des affaires indigènes du gouvernement brésilien) ont trouvé le sac à dos de l’un des trafiquants qui contenait une flèche cassée. Une enquête rapide des fonctionnaires du gouvernement n’a montré aucune trace des Indiens qui ont fait la une des médias en février dernier.

La police aurait retrouvé à proximité un paquet contenant 20 kilos de cocaïne. Il est à craindre que la rivière Envira, où se situe le poste, ne soit devenue le point d’accès au Brésil pour les trafiquants de cocaïne en provenance du Pérou.

Télécharger une carte localisant le poste de la FUNAI (triangle rouge).

Selon des sources locales, la police a retenu en détention un homme, ressortissant portugais, arrêté pour trafic de drogue en mars dernier et par la suite expulsé.

Ces Indiens isolés ont fait la une des média en février dernier.
Ces Indiens isolés ont fait la une des média en février dernier.
© G. Miranda/FUNAI/Survival

José Carlos Meirelles, l’ancien chef du poste, y est retourné en hélicoptère avec quelques hommes et a signalé que plusieurs groupes d’hommes armés de mitraillettes et de fusils se trouvent dans la forêt autour du poste.

Carlos Travassos, directeur du département des Indiens isolés au gouvernement brésilien, a déploré aujourd’hui : ‘Les flèches sont comme une carte d’identité pour les Indiens isolés. Nous pensons que les Péruviens ont fait fuir les Indiens. Nous en avons maintenant la preuve. Nous sommes plus préoccupés que jamais. Cette situation pourrait être la pire encore jamais connue depuis des dizaines d’années, dans le cadre de la protection des Indiens isolés. C’est une catastrophe’.

Dans un message adressé à Survival International, Meirelles a annoncé: ‘Nous resterons ici, quoi qu’il arrive, jusqu’à ce que le gouvernement brésilien décide une fois pour toutes de résoudre cette situation. Pas tant pour notre protection, mais pour celle des Indiens’. Meirelles a affirmé à Survival qu’une équipe de police se lance dès aujourd’hui à la poursuite des trafiquants toujours dans la région.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Cette nouvelle est absolument alarmante. Il n’y a aucun moyen de savoir combien de peuples indigènes ont déjà été anéantis dans le passé par le commerce de la drogue, mais toutes les mesures possibles doivent être prises pour empêcher que cela ne se reproduise. Les Indiens isolés devraient intéresser le monde entier, tout comme cela l’a été en début d’année lorsqu’ils ont été filmés’.