Succès : reprise de l'activité d'une organisation indigène russe

Un jeune Evenk, avec ses rennes

Un jeune Evenk, avec ses rennes
© Raipon/Survival

RAIPON, l’organisation des peuples indigènes du Nord de la Russie, a reçu de la part des autorités russes l’autorisation d’exercer à nouveau son activité qu’elle avait dû interrompre en novembre dernier sur ordre du ministère russe de la Justice.

La raison officielle de la suspension de son activité était la non conformité de ses statuts avec la loi fédérale. Cependant, de nombreux observateurs étaient convaincus que cette décision n’était qu’une tentative destinée à briser l’opposition à l’exploitation des ressources naturelles en Sibérie et qu’elle relevait de la politique de répression contre les organisations qui entretiennent des relations à l’international.

RAIPON, créée en 1990, représente plus de 270 000 personnes. Elle fait entendre la voix des peuples indigènes du Nord qui vivent dans les lieux les plus reculés et inhospitaliers de la planète.

Plusieurs organisations, dont Survival, ont protesté auprès du gouvernement russe contre la fermeture de Raipon, l’appelant a autoriser cette organisation à poursuivre ses activités de représentation des peuples indigènes du nord de la Russie.

Dans une lettre ouverte adressée à Survival, Rodion Sulyandziga, vice-président de RAIPON, écrit : ‘Je tiens à exprimer ma plus profonde gratitude à tous ceux qui ont été à nos côtés durant ces jours et ces mois difficiles en exprimant leur solidarité et leur engagement civique, qui ont été capables de comprendre et qui nous sont suivis, qui ne sont pas restés silencieux et qui ne nous ont pas tourné le dos. Merci pour votre engagement et votre solidarité. C’est une victoire collective’.